Warning: ob_start(): non-static method wpGoogleAnalytics::get_links() should not be called statically in /home/pjprod/www/blog/wp-content/plugins/wp-google-analytics/wp-google-analytics.php on line 259
PJ-PROD (Julien Paul Production) » Belles Latinas 2011
 
  • 10 nov 2011
  • Posted by Julien


Belles Latinas est le festival des littératures contemporaines d’Amérique latine qui se déroule du 3 au 25 novembre 2011 à Lyon et dans d’autres villes.

Cette année, le festival Belles Latinas a 10 ans et ça se fête. En 2011, il prend un peu plus d’ampleur puisque c’est une centaine de rencontres littéraires gratuites qui se dérouleront dans un esprit de dialogue, de réflexion et de convivialité, dans la région Rhône-Alpes, et aussi à Paris, Lille, Marseille et dans plusieurs autres régions de France pendant tout le mois de novembre.

Le festival est organisé par la revue Espaces Latinos qui a pour objectif de promouvoir auprès du public francophone les sociétés et cultures d’Amérique latine dans toute leur pluralité.

Retrouvez le programme détaillé jour par jour: http://www.espaces-latinos.org/belprogram2011.php

Vous pourrez peut-être rencontrer :

Costamagna Alejandra ( Chili )

Animales Domésticos, Costamagna Alejandra, traduit de l’espagnol (Chili) par Julia Cultien et Magali Homps, L’atelier du tilde, Lyon, 2011 124 p., prix : 15 euros.
Les animaux domestiques témoins de nos vicissitudes




Fuentes Vilma ( Mexique )

Les Greffiers du diable, Vilma Fuentes, roman traduit de l’espagnol (Mexique) par Claude Fell, éd. Actes Sud 310 p., 22,80 euros.
Les Greffiers du diable – Les labyrinthes du pouvoir



Halfon Eduardo ( Guatemala )

Saturne, Halfón Eduardo, édition bilingue traduit de l’espagnol par Françoise Garnier, Editions Verdier – MEET 80 p., 15 euros.
Saturne dévorant ses enfants




Kozameh Alicia ( Argentine )

Main en vol, Kozameh Alicia, traduit de l’espagnol (Argentine), aux éd. Atelier du Tilde, 2011.
Main en vol : De la poésie pour raconter la guerre et la violence des hommes.




Lisboa Adriana ( Brésil )

Des roses rouge vif, Lisboa Adriana, roman traduit du portugais (Brésil) par Béatrice de Chavagnac éd. Métailié. Col. Brésilienne, 224 p. 17 euros.
Des roses rouge vif : L’innocence et sa perte. Histoires de familles, de femmes et d’enfances.




Machado Ana-Maria ( Brésil )

Quelle fête !, Machado Ana María, illustré par Hélène Moreau roman jeunesse, éd. Vents d’ailleurs
32 p. 15 euros.
Quelle fête ! : Une fête d’anniversaire dans un roman jeunesse




Malavia Marcos target= »_blank » ( Bolivie )

L’épidémie de roses, Malavia Marcos, éd. de l’Amandier 154 p., 13 euros.
Nouvelles ou légendes ? La réponse est moins simple qu’il n’y paraît.




Marchant-Lazcano Jorge ( Chili )

Un sang pareil au mien, Jorge Marchant-Lazcano, roman traduit de l’espagnol (Chili) par Janine Philipps et Renato Paveri, éd. Autrement – Col. Littératures 344 p. 20 euros.
Un sang pareil au mien : l’histoire d’une famille dans la société chilienne




Méndez Guédez Juan Carlos ( Venezuela )

La Ville de sable et autres nouvelles / La ciudad de arena y otros cuentos, Méndez Guédez Juan Carlos, Edition Albatros (Genève), col. Extramares 185 p., 12 euros
L’universel est perceptible dans un détail, l’éternité accessible dans l’éphémère.




Neuman Andrés ( Argentine )

Le voyageur du siècle, Neuman Andrés, roman traduit de l’espagnol (Argentine), aux Editions Fayard, dans la collection Littérature sc, sep 2011.
Le voyageur du siècle: Une voix de la renaissance et un voyageur énigmatique




Parra Eduardo Antonio ( Mexique )

Les limites de la nuit, Parra Eduardo Antonio, roman traduit de l’espagnol (Mexique) par François Gaudry, Editions Zulma, 208 p, 18 euros.
Les limites de la nuit : La nuit mexicaine et la rumeur hantée du Río Bravo




Piñeiro Claudia target= »_blank » ( Argentine )

Elena et le roi détrôné, Piñeiro Claudia, roman traduit de l’espagnol (Argentine) par Claude Bleton, Editions Actes Sud, Littérature Collection Lettres latino-américaines, 192 p, 19 euros.
L’obstination de vivre et le visage obscur de la “vie parfaite”




Rosencof Mauricio ( Uruguay )

El Bataraz, Rosencof Mauricio , traduit de l’ Espagnol (Uruguay) par Philippe Poncet et Frida Rochocz, Roman, Collection Fictions, 288 pages, 17 euros.
Des lettres imaginaires, un monologue bouleversant et silencieux avec un père.




Ruiz Rosas Teresa ( Pérou )

El copista, Ruiz Rosas Teresa, Éditions Anagrama, Col. Narrativas hispánicas, 161 p., 20 euros roman non traduit en français.
La toile d’araignée de la passion sous fond de musique




Ruy Sánchez Alberto ( Mexique )

9 Fois 9 choses que l’on dit de Mogador, Ruy Sánchez Alberto, roman traduit de l’espagnol (Mexique) par Gabriel Iaculli, Editions Les Allusifs, 72 p., 10 euros.
Quand la ville de Mogador devient femme




Salem Carlos ( Argentine )

Nager sans se mouiller, Salem Carlos, roman traduit de l’espagnol (Argentine) par Danielle Schramm, éd. Actes Sud, Col. Actes Noirs, 230 p., 21,80 euros.
Un tueur à gages est un homme ordinaire …




Urbanyi Pablo ( Argentine )

Le Zoo de Dieu, Urbanyi Pablo, roman traduit de l’espagnol (Argentine) par Jean-Marie Saint-Lu, éd. Actes Sud Littérature, Collection Lettres latino-américaines, 260 p., 22 euros.
Le zoo de Dieu : Les réminiscences de l’enfance et de la guerre




Vega Verónica ( Cuba )

Partir, un point c’est tout, Vega Verónica, roman traduit de l’espagnol (Cuba) par Christilla Vasserot, éd. Christian Bourgois, 196 p., 15 euros.
Partir, un point c’est tout : Fiction collective sur la difficulté d’être artiste à Cuba.




Zamora Torres Sergio ( Chili )

Les guerriers de la pluie : brève histoire des Mapuches ( 1536- 1810 ), Zamora Torres Sergio, Éditions Yvelineditions, 185 p., 12 euros.
Regarder le passé pour comprendre le présent






Le PDF : http://www.espaces-latinos.org/visuelbel11/BellesLatinas2011.pdf



Les rendez-vous à Lyon ont lieux à l’Opéra de Lyon, à l’INSA, à l’institut Cervantès, à l’espaces latinos, la Villa Gillet, et à l’université lyon 2.





Share and Enjoy:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • Tumblr
  • Twitter


Commentaires


  • RSSRSS